Derniers sujets

» le grand prix de monaco
Mar 18 Mai - 15:05 par zouloutte

» virage de la rascasse
Mar 18 Mai - 15:01 par zouloutte

» Grand Prix de Monaco:16 Mai 2010
Dim 16 Mai - 10:46 par Jeep

» Grand Prix D'Espagne:9 Mai 2010
Lun 10 Mai - 20:49 par Jeep

» reveillez vous
Sam 8 Mai - 13:50 par zouloutte

» (Sondage) Qui sera Champion du Monde 2010
Jeu 6 Mai - 20:02 par Jeep

» Hispania Racing Team F1
Jeu 6 Mai - 19:12 par Jeep

» Italie Scuderia Ferrari Santander
Jeu 6 Mai - 18:55 par Jeep

» Topic SuperLeague Formula
Mar 4 Mai - 19:26 par Jeep

Navigation


    2. LEWIS HAMILTON

    Partagez
    avatar
    gladiator95190
    Admin

    Messages : 104
    Points : 3253
    Date d'inscription : 29/11/2009
    Age : 45
    Localisation : Londres

    2. LEWIS HAMILTON

    Message  gladiator95190 le Mar 15 Déc - 1:55





    Lewis Carl Hamilton est un pilote automobile anglais né le 7 janvier 1985 à Tewin (Hertfordshire) en Angleterre.

    Né d'un père originaire de Trinidad et Tobago, Lewis Hamilton débute par le karting à l'âge de 8 ans. Dans les turbulents pelotons de jeunes pilotes, il se met rapidement en évidence par son coup de volant, ce qui lui vaut d'être repéré quelques années plus tard par Ron Dennis, le patron de l'écurie de Formule 1 McLaren. Ron Dennis décide alors de prendre le jeune Hamilton sous son aile en finançant sa carrière, à charge pour lui de continuer à briller en piste, et également d'obtenir de bons résultats scolaires. En 2002, Hamilton effectue ses débuts en sport automobile dans le championnat britannique de Formule Renault, qu'il remporte l'année suivante.

    Fin 2003, il dispute également quelques courses du championnat britannique de Formule 3. En 2004, il effectue logiquement sa première saison complète de Formule 3, mais dans le championnat Euroseries. Après une première saison prometteuse, il écrase le championnat 2005, ce qui lui vaut de passer en 2006 en GP2, où il remplace le tenant du titre Nico Rosberg dans l'écurie ART Grand Prix. D'emblée, Hamilton s'affirme comme l'homme fort du championnat et domine des pilotes plus expérimentés que lui. Malgré le retour en fin de saison de Nelson Piquet Jr il s'octroie le titre de champion lors du dernier week-end. Annoncé comme l'une des futures stars de la Formule 1, il rejoint en 2007 l'écurie McLaren-Mercedes aux côtés de Fernando Alonso, devenant ainsi le premier pilote noir à participer au championnat du monde de Formule 1. Un autre pilote de couleur avait roulé en Formule 1 était l'américain Willy T. Ribbs sur le circuit d'Estoril en 1986, au volant d'une Brabham, à l'occasion d'une séance d'essais privés.

    Les débuts d'Hamilton sont sans conteste les plus exceptionnels de l'histoire de la F1. Pour son premier week-end de F1 à Melbourne, il se qualifie à une brillante quatrième place. Le dimanche, il finit troisième, après s'être permis de mener quelques tours. Mais tout cela n'est qu'un début. En Malaisie, il finit second derrière son équipier Alonso après avoir parfaitement résisté aux pilotes Ferrari, Massa et Raïkkonen. A Bahreïn, il est second sur la grille et second à l'arrivée derrière Massa. Troisième podium en trois courses, record de Peter Arundell battu. A Barcelone, il termine une nouvelle fois en deuxième position et surtout, prend la tête du championnat du monde, à seulement 22 ans ! Pour son premier GP de Monaco, il finit encore second, juste derrière Alonso.
    Puis, vient la tournée américaine. GP du Canada à Montréal : après avoir signé sa première pôle le samedi, Hamilton décroche le dimanche sa première victoire en carrière, après avoir mené une course chaotique, ponctuée de quatre voitures de sécurité et d'un affreux accident pour Kubica. Une semaine plus tard à Indianapolis, Lewis récidive : pôle et victoire, après une superbe bataille avec Alonso. Le Britannique s'envole alors en tête du championnat du monde, ce qui ne plaît guère à son équipier espagnol. Entre les deux hommes, les relations se tendent, mais ne virent pas encore à la guerre interne.
    Les deux courses suivantes sont plus dures : en France, les Ferrari sont de retour et Hamilton assure une troisième place derrière Raïkkonen et Massa. A Silverstone, devant son public venu en masse le soutenir, il signe sa troisième pôle. Mais en course, il connaît des soucis techniques et finit « seulement » troisième. C'est alors son neuvième podium en neuf courses !
    Le premier coup d'arrêt intervient au Nürburgring. Lors des qualifications, Lewis est victime d'une grosse sortie de piste dans le virage Schumacher. Alors qu'on le croit blessé, le Britannique est évacué en ambulance, mais s'en sort finalement sans une égratignure ! Le lendemain en course, la chance l'abandonne : il finit neuvième à un tour du vainqueur Alonso, toutes ses chances ayant été réduites à néant lors des premiers tours avec une crevaison puis une sortie de route sous la pluie.


    Au GP de Hongrie, la tension qui règne dans l'écurie McLaren éclate au grand jour. Déjà soupçonnée d'espionnage sur Ferrari, l'équipe de Ron Dennis a de plus en plus de mal à maintenir un semblant d'entente entre Alonso et Hamilton, ce dernier étant visiblement favorisé par Dennis. Lors des qualifications, l'abcès crève : durant la troisième séance, Hamilton part des stands devant Alonso, désobéissant aux ordres de Dennis, ce qui aurait pour effet de troubler les complexes stratégies en essence de l'écurie. Dennis, afin de prouver qu'il traite ses pilotes avec équité, ordonne alors à Alonso de bloquer son équipier aux stands pour lui rendre la pareille. Le résultat est catastrophique : Hamilton, qui perd ainsi la pôle car il n'a pas eu le temps d'effectuer un tour rapide, se fâche durement avec son patron tandis qu'Alonso, pourtant poleman, est disqualifié. Le lendemain, débarrassé de l'Espagnol, Hamilton n'a aucun mal à décrocher sa troisième victoire qui conforte sa place de leader au championnat. Mais la guerre avec Alonso est déclarée.
    Après la trêve estivale, vient le GP de Turquie. Cette course est dominée par les Ferrari et Hamilton doit se contenter de les suivre. Le sort le frappe à quelques tours du but avec une crevaison qui le relègue au cinquième rang, offrant ainsi sa troisième place à Alonso.
    A Monza, l'Espagnol remporte facilement la course et reprend encore deux points à son équipier qui assure le doublé des McLaren. Peu avant le GP de Belgique, la FIA rend son verdict sur l'affaire d'espionnage Coughlan-Stepney: McLaren, reconnue coupable, perd tous ses points au championnat constructeurs. Cependant, les pilotes gardant leurs unités, leur duel peut donc continuer. A Spa, Raïkkonen l'emporte et revient ainsi sur Alonso et Hamilton, respectivement 3ème et 4ème. A trois manches du but, le rookie compte deux points d'avance sur son équipier et treize sur Räikkönen.

    Viennent ensuite les courses asiatiques, avec leurs lots de coups de théâtre. D'abord, le GP du Japon à Fuji. Hamilton part en pôle le dimanche sous la pluie et le brouillard. Après un début de course sous Saftey Car, le pilote britannique va garder la tête jusqu'à l'arrivée tandis qu'Alonso, victime d'un accident, ne marque aucun point ! Avec douze longueurs d'avance sur l'Espagnol, Lewis peut être sacré champion du monde en Chine. Mais il va tout perdre lors des deux dernières manches.

    Encore en pôle position à Shangaï, il garde longtemps la tête sur une piste détrempée mais à l'attaque du dernier tiers de la course, la piste s'assèche progressivement et Lewis, toujours en pneus pluie, perd littéralement pied sans pour autant rentrer pour changer ses gommes. Quand il s'y décide enfin, il est trop tard : les pneus sont morts et la McLaren, inconduisible, rate l'entrée des stands pour s'échouer dans les graviers : c'est l'abandon ! Räikkönen vainqueur et Alonso deuxième reviennent à respectivement sept et quatre points d'Hamilton avant la dernière manche qui se déroulera à Sao Paulo.
    Le GP du Brésil s'annonce comme étant celui de la consécration pour Lewis. Les essais se déroulent bien, puisqu'il se qualifie second devant ses deux rivaux. Mais cette épreuve décisive tourne ensuite au cauchemar. Il connaît un premier tour chaotique où, sous la pression de Alonso, il sort de la piste et perd six places. Il a à peine commencé à remonter qu'il est victime d'un problème électronique (simple panne ou erreur de manipulation ?) qui le laisse pendant plusieurs secondes au ralenti. Il parvient à repartir, mais en queue de peloton. Il perd ainsi le titre car il ne peut remonter qu'au septième rang tandis que Kimi Räikkönen, vainqueur de la course, est sacré champion du monde avec un petit point d'avance sur le Britannique et Alonso.

    Lewis Hamilton n'est donc pas le premier débutant à être sacré dès sa première saison. Il court toujours pour McLaren-Mercedes en 2008, aux côtés de Heikki Kovalainen, Alonso ayant décidé de retourner chez Renault.
    Il commence cette nouvelle saison par une facile victoire en Australie. Mais il connaît ensuite quatre courses difficiles, sa McLaren devant subir la loi des Ferrari. Piètre cinquième en Malaisie, il finit hors des points à Bahreïn après un accrochage avec Alonso, puis troisième en Espagne et second à Istanbul après voir menacé le vainqueur Massa. Puis vient le GP de Monaco. Parti troisième, le Britannique heurte le rail sous la pluie dès le cinquième tour, mais heureusement pour lui s'en sort par une simple crevaison. Il ne fait ensuite aucune erreur, parvient à prendre la tête de la course et remporter ainsi une superbe victoire dans des conditions difficiles. Il prend par la même occasion la tête du championnat.
    Mais au Canada il commet la plus belle bourde de sa jeune carrière. Après avoir signé la pôle, il mène l'épreuve avant que l'abandon de Sutil n'entraîne l'intervention de la voiture de sécurité. Lewis rentre alors aux stands mais son ravitaillement se passe mal et il se fait passer par Raïkkönen et Kubica. Le feu étant au rouge, ces derniers s'immobilisent à la sortie des stands mais Hamilton, sans doute énervé, remarque trop tard la signalisation et percute Raïkkönen immobilisé. La course s'arrête là pour les deux hommes, et Lewis en est quitte pour une pénalité de dix places en moins sur la prochaine grille de départ. Ainsi handicapé, il ne peut finir que dixième à Magny-Cours.
    Mais il retrouve tous ses moyens chez lui à Silverstone. Sur un circuit noyé par les eaux, il réalise une course excellente, digne d'Ayrton Senna, et remporte sa troisième victoire de la saison, reprenant ainsi la tête au général. Il enchaîne par un nouveau succès à Hockenheim, rendu certes difficile par une stratégie aberrante de McLaren. En Hongrie, il est victime d'une crevaison et ne termine que cinquième, mais il prend encore des points d'avance sur son principal rival, Felipe Massa.
    Second à Valence derrière le Brésilien, Hamilton remporte le GP de Belgique grâce à un dépassement litigieux sur Raïkkönen après avoir court-circuiter une chicane. A cause de cela, il perd ses lauriers sur tapis vert et n'est classé que troisième. Septième sous la pluie italienne alors qu'il partait quinzième, Hamilton n'a plus qu'un petit point d'avance sur Massa à quatre épreuves du but. A Singapour, il réalise une belle opération en décrochant la troisième place tandis que Massa ne marque pas. Mais au Mont Fuji, il mène une course catastrophique : bien que partant en pôle, il fait un mauvais départ et se met dehors avec Raïkkönen, puis est percuté quelques boucles plus loin par Massa. Il termine douzième. Toutefois, il se rattrape superbement à Shangaï en signant une vraie démonstration : pôle position, victoire et meilleur tour en course.
    Lorsqu'il arrive au Brésil, Lewis Hamilton compte sept points d'avance sur Massa au championnat. Le titre peut sembler acquis mais, instruit par son échec de 2007, le Britannique est prudent. Trop prudent même car il se montrera crispé tout le week-end. Seulement cinquième sur la grille alors que Massa est en pôle, il réalise une course difficile mais évite tous les pièges, à savoir la pluie du début de course et les dépassements de retardataires. Massa caracole en tête mais en vain. A cinq tours de la fin, Hamilton est quatrième et champion du monde. Soudain, la pluie fait sa réapparition sur le circuit. Massa, Hamilton et les autres rentrent aux stands chausser des pneus adéquats, mais une fois de retour en piste, Lewis rencontre des difficultés. Reparti cinquième, il est harcelé par Vettel qui finit par le dépasser à deux tours du but. Massa, toujours leader, est alors champion du monde. Lewis tente avec l'énergie du désespoir de repasser Vettel mais sans succès. Massa coupe la ligne d'arrivée sacré. Hamilton entame lui son avant-dernier virage quand il voit partir en travers la Toyota de Glock alors quatrième. L'Allemand, resté en pneus secs, est en effet à l'agonie tandis que la pluie redouble d'intensité. Lewis le passe et termine finalement cinquième, arrachant ainsi des mains de Massa le titre de champion du monde 2008, pour un petit point ! Pour la seconde fois consécutive, Lewis a joué le championnat sur petit rien, mais cette fois-ci tout se termine bien pour lui. A 23 ans il devient le plus jeune champion du monde de l'Histoire de la Formule 1.

    En 2009, Lewis Hamilton termine à la 5éme place du championat après un début de saison catastrophe de l'équipe Mclaren.

    Pour 2010, Mclaren lui associe le champion du monde en titre sont compatriote Jenson Button.
    avatar
    zouloutte

    Messages : 72
    Points : 3085
    Date d'inscription : 05/12/2009
    Localisation : Franche-Comté

    Re: 2. LEWIS HAMILTON

    Message  zouloutte le Lun 15 Fév - 19:23

    Bonjour,
    Je considére Lewis comme un trés grand pilote;
    Depuis une course de G P 2 où il fit un tête à queue
    Repartant 15é il redépassa tout ses adversaires un a un
    Et, gagna la course

    En f1 il aurait dû être champion du monde dés sa premiére année
    si son équipe avait été mieux inspirée.

    Il a dominé Alonso qui n'est tout de même pas un manche

    Alors cette année c'est lui le favori

    Pouvu que la bataille soit rude mais loyale!!!!!
    avatar
    nairboul

    Messages : 7
    Points : 2943
    Date d'inscription : 06/12/2009

    Re: 2. LEWIS HAMILTON

    Message  nairboul le Mer 17 Fév - 22:39

    Il va avoir du pain sur la planche.Je te rejoins concernant ce fabuleux pilote mais cette année il va avoir "du mal",2 autres vont être très fort,SCHUMACHER et ROSBERG Wink
    avatar
    gladiator95190
    Admin

    Messages : 104
    Points : 3253
    Date d'inscription : 29/11/2009
    Age : 45
    Localisation : Londres

    Re: 2. LEWIS HAMILTON

    Message  gladiator95190 le Jeu 18 Fév - 3:13

    A ne pas oublié sebastian Vettel qui je pense livrera bataille jusqu'à la fin de saison. Twisted Evil
    avatar
    zouloutte

    Messages : 72
    Points : 3085
    Date d'inscription : 05/12/2009
    Localisation : Franche-Comté

    Re: 2. LEWIS HAMILTON

    Message  zouloutte le Jeu 18 Fév - 13:05

    oui SURTOUT ne pas OUBLIER Vettel
    Qui hier encore a Jerez a réalisé le meilleur temps

    Contenu sponsorisé

    Re: 2. LEWIS HAMILTON

    Message  Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Mar 12 Déc - 19:05