Derniers sujets

» le grand prix de monaco
Mar 18 Mai - 15:05 par zouloutte

» virage de la rascasse
Mar 18 Mai - 15:01 par zouloutte

» Grand Prix de Monaco:16 Mai 2010
Dim 16 Mai - 10:46 par Jeep

» Grand Prix D'Espagne:9 Mai 2010
Lun 10 Mai - 20:49 par Jeep

» reveillez vous
Sam 8 Mai - 13:50 par zouloutte

» (Sondage) Qui sera Champion du Monde 2010
Jeu 6 Mai - 20:02 par Jeep

» Hispania Racing Team F1
Jeu 6 Mai - 19:12 par Jeep

» Italie Scuderia Ferrari Santander
Jeu 6 Mai - 18:55 par Jeep

» Topic SuperLeague Formula
Mar 4 Mai - 19:26 par Jeep

Navigation


    9. RUBENS BARRICHELLO

    Partagez
    avatar
    gladiator95190
    Admin

    Messages : 104
    Points : 3253
    Date d'inscription : 29/11/2009
    Age : 45
    Localisation : Londres

    9. RUBENS BARRICHELLO

    Message  gladiator95190 le Lun 1 Fév - 21:12

    Depuis plus de 10 ans qu'il court en F1, Rubens Barrichello a toutes les capacités pour être le successeur d'Ayrton Senna. Mais les circonstances en ont décidé tout autrement.

    Né à Sao Paulo, la maison familiale surplombe le circuit d'Interlagos. Pour Rubens, la course automobile est alors la voie à suivre. Il démarre en karting grâce à son père, puis son talent, conjugué à l'aide de son sponsor Arisco, géant de l'agroalimentaire brésilien, permettent au jeune Rubens de remporter quelques titres brésiliens de karting, avant d'être titré en GM Euroseries, en F3 britannique en 1991. En 1992, il court sa seule saison dans le championnat du monde de F3000, où il terminera 2ème derrière Luca Badoer. Mais cela suffit amplement pour que Jordan prenne le pilote brésilien sous son aile, ainsi commence l'aventure en Formule 1.

    Dès sa 3ème course, Rubens impressionne. Sous la pluie, Senna domine, mais le brésilien se trouve parmi les plus rapide, rivalisant avec Hill et Prost. A 6 tours de la fin, il est contraint à l'abandon, mais quelle performance ! Alors commence l'amitié entre lui et Ayrton Senna, qui le prend sous son aile. Mais cette amitié se cassera plus tôt que prévu, lors d'un funeste 1er mai 1994. le vendredi déjà, Rubens est victime d'un spectaculaire accident, sa Jordan sautant le mur de pneus, heurtant les grillages, pour réaliser plusieurs tonneaux. Rubens est inconscient, tout le monde retient son souffle en attendant les premiers résultats. Finalement, il s'en tire avec une fracture au nez et au poignet. Mais son grand frère spirituel n'aura pas la même chance, en heurtant la courbe de Tamburello le dimanche. Voilà Rubens abandonné, mais qui fera face et terminera l'année en 6ème position, après être devenu à Spa-Francorchamps, le plus jeune pole-man de l'histoire (jusqu'en 2003).

    La saison 1995 sera plutôt en demi-teinte, son coéquipier Eddie Irvine prenant un peu plus le dessus sur Rubinho, avant que le pilote irlandais ne prenne le deuxième volant chez Ferrari. Pour Rubens, c'est un coup dur, d'autant que sa cote de popularité décroît. La saison 1996 ne sera guère meilleure et Jordan, qui avait vu en lui un pilote talentueux, décide de rompre avec lui. Il trouve alors refuge chez les frères Paul et Jackie Stewart, qui lance leur nouvelle écurie, et fondent beaucoup d'espoirs sur Rubinho. Il prend un ascendant considérable sur son coéquipier Jan Magnussen et en 1998, il est convoité par Williams. Le transfert ne se fera pas, mais une très bonne saison 1999 lui permet d'obtenir un volant chez Ferrari, celui qu'Irvine lui avait "piqué" en 1996 !

    La première saison sous les couleurs de la Scuderia Ferrari sera plutôt bonne, avec (enfin) une première victoire pour son 124ème Grand Prix, sur le circuit d'Hockenheim où, sous la pluie, et malgré une 19ème place sur la grille de départ (!) il reste en pneus slicks et grâce au Safety Car, dépasse aisément les leaders. La saison 2001 sera moins bonne, pas de victoires, tandis que Schumacher en gagne 9. Au cours de la saison, Rubens commence à se brouiller avec son écurie, réclamant plus de considération, en dépit de l'écart de performance entre les deux pilotes. Puis arrive 2002, et le scandale du A1-Ring. Alors qu'il mène le GP de bout en bout, consignes d'écurie oblige, il doit ralentir et laisser Schumacher l'emporter. Bien qu'il ait laissé le pilote brésilien monter sur la première marche pendant qu'on jouera l'hymne allemand (ce qui soit dit en passant sera sanctionné par une amende de $ 1 000 000) l'indignation est immense et la cicatrice reste. En échange, Rubens hérite d'une victoire plutôt inattendue à Indy. Alors que Schumacher mène la course, il ralentit pour réaliser un final comme au Mans, mais c'est Rubinho qui l'emporte pour 0"011 ! Rubens terminera vice-champion du monde, et avec 4 victoires à la clé, c'est sa meilleure saison.

    Comme Schumacher, la saison 2003 sera moins brillante, avec une voiture moins performante et quelques petits incidents, comme une suspension qui se rompt, un accrochage avec Montoya. Il remporte néanmoins 2 courses, celle de Grande-Bretagne, émaillé par un fou qui s'est introduit sur la piste, et au Japon, qui assurait quelque soit le résultat, le titre pour Schumacher. En 2004, Rubens multiplie les podiums et s'offre 2 nouvelles victoires, et une nouvelle place de vice-champion à la clé. Mais en 2005, tout comme en 2003, la voiture s'avèrera moins performante, bien qu'il décroche plusieurs podiums, non seulement il reste derrière Schumacher, mais loin de la seconde place au classement général.

    Vers la fin de la saison, Rubens Barrichello prit la décision de quitter la Scuderia à la fin 2005, c'est donc au volant d'une Honda que le pilote brésilien courut la saison 2006. La monoplace japonaise offre un certain potentiel, mais le pilote brésilien ne terminera jamais sur le podium, quand son coéquipier Button signe sa première victoire en carrière avec 2 autres podiums, et le dépasse aisément au classement final.

    En 2007, ce sera pire. La Honda RA107 est totalement ratée et Rubens va se retrouver le plus souvent dans la deuxième partie du plateau. Il passera ainsi toute sa saison dans l'anonymat le plus total et, contrairement à Button qui arrivera à sauver l'honneur, il n'inscrira pas un point, et ce pour la première fois de sa carrière.

    Paradoxalement, le Brésilien est conservé en 2008 par Ross Brawn, nouveau patron de Honda. Cette année-là, il bat au Canada le record de participations en Grand Prix détenu par Patrese. Au volant d'une voiture toujours médiocre, Barrichello marque quelques points en début de saison, et accroche même la troisième marche du podium sous la pluie à Silverstone, grâce à une excellente stratégie de Brawn. Mais après la mi-saison, le Brésilien retrouve le fond de la grille.



    A la fin de l'année, Honda envisage de remplacer le Brésilien par, ironie du sort, Bruno Senna, le neveu de son idole. Le retrait définitif de Honda annoncé en décembre aurait pu marquer la fin de sa carrière en Formule 1. L'équipe est finalement reprise par Ross Brawn et Barrichello conserve son volant pour une dix-septième saison en F1.

    Très vite la Brawn-Mercedes se révèle comme étant la meilleure voiture du plateau, ce qui permet au Brésilien de retrouver les sommets. Seulement, c'est Button qui exploite le mieux la machine en remportant six des sept premières courses. Retrouvant son rôle d'équipier modèle qu'il a occupé chez Ferrari, Barrichello assure trois doublés derrière son équipier. A partir de la mi-saison, la Brawn perd de sa puissance au profit des Red Bull, mais Barrichello prend le pouvoir dans l'équipe. Cela lui permet de l'emporter à Valence (sa première victoire depuis cinq ans !) puis à Monza et de se replacer dans la course au titre. Lors de l'avant-dernière course au Brésil, il compte 14 points de retard sur son équipier au classement. Il n'a donc plus droit à l'erreur. Rubinho signe la pole devant son public mais le jour de la course, il est victime d'une crevaison qui lui ôte tout espoir de titre. Il se fait chiper en plus le titre de vice-champion du monde par le jeune Vettel lors du dernier Grand Prix.



    Toutefois, cette bonne saison 2009 a montré que Barrichello est loin d'être fini. N'entrant plus dans les plans de Ross Brawn, il quitte l'équipe et rejoint Williams-Cosworth pour 2010, aux côtés du débutant allemand Nico Hülkenberg.

      La date/heure actuelle est Mar 12 Déc - 18:57